Poèmes d’élèves autour du Nu Bleu de Matisse…

téléchargement (16)

 

 

Sortie d’un délire marin

Contortionniste dans ses heures perdues

Dans sa solitude éperdue

Elle se languit sans pain

Sans parole ni distraction

Elle se meure dans sa prison

Sortie d’une hallucination

Séquestrée dans son aube bleutée

Solitude peur

Nostalgie malheur

Sont son lot de consolation

 

Achille , 5ème

 

 

 

 

J’ai des bleus partout sur mon corps

Je crie en silence quand la ville dort

J’ai des bleus à l’âme

Mais jamais ne désarme

Le long bras de la tristesse

Qui sans arrêt me blesse

A coups de poings sur ma peau fragile

Qui se brise comme de l’argile

Je suis couverte de bleus

Et chaque jour je fais le voeu

D’être libérée

De cet enfer coloré

 

Jade , 4ème

 

Après trois heures de pose

Déchiré et en nage

Le nu bleu ne voyait pas la vie en rose

Et bien que bleu était vert de rage

Tant de temps

Pour un résultat si décevant

Aucune ressemblance

Avec ma véritable apparence

Du modèle furieux

Contre l’artiste malheureux

Membres tordus et décharnés

Pliés et Emmêlés

 

Tipiak, 3ème

 

 

 

Le coude nonchalant

D’un nu que l’on croit aimant

Et qui devient guerrier

Tant il a été plié et replié

Un corps tordu

Un pied dodu

Une tête ronde

Elle est gironde

Son corps est bleu

Comme celui des gens heureux

 

Soline , 3ème

 

Bleu comme la mer qui va et vient

Je m’y suis noyée

Il y a quelques années

Partie d’un rien

D’un simple mouvement raté

J’y suis tombée

Quelques heures passées

On m’ y a repêchée

Repêchée comme une oeuvre d’art

J’orne les murs et je me marre

 

Emma , 3ème

 

Je suis anonyme

C’est unanime

Il pleut mes larmes

Sur ce chemin de poussière et de brume

Comme un poignard

Qui briserait ma plume

J’ai essayé de remonter le temps

Pour soigner tes blessures azur

J’ai tout fait pour que tout soit comme avant

C’est la mâchoire du destin qui t’inflige ses morsures

Alors on comble la douleur intense

Dans un interminable silence

J’ai encore tout cassé tout brisé tout écrasé

Mais ma boîte bleue à secret refuse de parler

C’est juste un interminable cauchemar

Qui t’enterre six pieds sous terre

Un souvenir qui t’oblige à avoir mal

C’est la magie de la mort qui dans ma tête opère

Tu veux vivre pourtant

Tu résistes surtout

Regardez je ne suis qu’une enfant

Pourtant mon corps bleu ploie sous les coups

 

Capucine , 3ème

 

Je suis la femme bleue

Qui crée le rêve pour deux

Les océans les amoureux

J’ai dessiné le monde éternel

Et donné des couleurs aux peines au ciel

Peint les vagues et colorié l’habituel

Je suis la femme bleue

Bien lasse de ce monde affreux

 

Sarah , 4ème

 

Je suis bleu comme l’océan

Ce n’est pas toujours marrant

Je suis triste comme une fontaine

On ignore tout de ma peine

Je me fracasse en goutte-à-goutte

Et personne ne s’en doute

 

Cyrianne , 5ème

 

 

 

 

 

J’ai la pose bleue

Celle des gens heureux

Persuadés que le bonheur est pour eux

 

J’ai la pose artificielle

Celle des gens cruels

Persuadés que l’art est éternel

Et ne jurent que par eux

 

Solenn ,6ème

 

 

 

7 réflexions au sujet de « Poèmes d’élèves autour du Nu Bleu de Matisse… »

  1. Sont bons, les mômes ! Je parie qu’avec des séances de ce genre, ils garderont longtemps l’idée qu’écrire et inventer est simple, essentiel et plaisant !

    (pour le coup, je me demande comment il faut accorder le verbe être à ses deux sujets « écrire et inventer ».. 3e personne, mais singulier ou pluriel ,)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s