Atelier poésie: suite des poèmes sur le moyen-âge…

Au secours! Ils ont presque tous voulu écrire à propos de Jeanne D’Arc! Résultat conjugué d’un rabâchage pendant leurs années de primaire et de la proximité de Rouen, évidemment.

 

Tristan et Iseut

Éperdument amoureux

Après avoir bu

Ils furent les élus heureux

De ce philtre

Destiné au roi

Et la colère

Les foudroya

Mais rien n’empêcha

L’amour

De les réunir

Pour toujours

Pour une vie misérable

Mais quoi de plus agréable

Que de se retrouver

Tous les deux

Plus heureux

Que les dieux

 

 

Kimi, 4ème

 

 

 

Jeanne,

Toi qui a quitté

Tes parents

Pour libérer

Orléans

Toi qui

Avec le soutien

De ton oncle

A affronté

Les Anglais

Tu mourras

Sur un bûcher

Priant une dernière fois

Le ciel qui t’a abandonné

Et pour le sale Cochon

Qui t’a condamnée

 

 

Clara, 6ème

 

 

 

 

La chasse c’est bien

Pour les seigneurs et les chiens

Les animaux suspendus aux mâchoires

Sanglantes des carnivores acharnés

Alors que les petits braconniers

Doivent attendre la nuit noire

Pour trouver de quoi manger

Mais le plus amusant

C’est quand ces chasseurs amateurs

Deviennent eux-mêmes le gibier

Châtelains rois et seigneurs

Ducs et hommes de foi

Aiment ce type de jeux sanglants

Pour l’homme

L’homme est le gibier des rois

 

 

Achille, 3ème

 

 

De l’eau du château

Ruisselante dans les douves

Aux Templiers

combattant corps et âmes

À l’épée

Le bruit de la guerre

Couvre

La vie simple

La vie de blé

 

 

Capucine, 4ème

 

 

 

Dans tout le royaume

S’élèvent dans l’air

Contes et légendes

Racontés en chanson

Par le gentil troubadour

Venu d’une contrée éloignée

Nobles et paysans se rassemblent

Pour entendre les louanges

Des anciens chevaliers

Aux multiples qualités

Et débordant d’amour

Tous envoûtés par le flot de paroles

Ils apprennent ensemble

Les légendes un peu folles

 

Gwenaïs, 3ème

 

 

 

Jeanne d’Arc

Sous l’emprise

De la voix des dieux

Munie de son arc

Partit pour des combats

Périlleux

Elle se fit guerrière

Et embrassa ses parents

Courageusement

Elle prit la route

Zélée et fière

 

 

Bertille, 6ème

 

 

Le coeur d’une diablesse

Résonne sous une robe blanche

immaculée

Son souffle noyé

Par l’infâme noblesse

Hurle en son âme

Brûlée

Les mornes refrains

D’une rengaine religieuse

La croix en sa main

Périlleuse

Délaisse le secret

D’une voix mélodieuse

Anéantie sous des flammes

Monstrueuses

Le corps tremblant

Invoquant la foi

Elle lance un dernier regard

Vers ce ciel tant prié

Autrefois

Clôt ses doux yeux

Et entrevoit un espoir

 

 

Jade, 3ème

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s